Ces technologies de « geocaging » qui contribuent au positionnement et l’autonomie des drones pyrotechniques de Groupe F !

Making sparks fly: introducing the geocaging technology that keeps Groupe F’s pyro-drones in exactly the right place!

[ad_1]

Crédit photograph : Nicolas Chavance / Groupe F

Étienne, que représente cette photograph ?

Étienne Compain (Groupe F) : Nous apercevons sur cette photograph 1 400 petits drones, et dix drones gros porteurs équipés de moyens pyrotechniques, à savoir six Matrice 600 et cinq Matrice 300. Ils évoluent en plein centre de la rade de Genève, en Suisse, à 900 mètres de la zone de décollage et situés à une centaine de mètres du célèbre jet d’eau de Genève, qui culmine à 140 mètres. Le dernier drone opère, quant à lui, à quelque 500 mètres d’altitude !

Ce spectacle s’inscrivait dans le programme des animations « Feu ô Lac » de mai 2023 devant un public de 800 000 personnes sur trois jours. Il s’agissait tout simplement du plus grand present drones d’Europe, et de loin ! Le spectacle a mobilisé 86 personnes sur place pendant quinze jours et était le produit de deux mois de conception et six mois de manufacturing ! De plus, le present était synonyme de nombreuses premières européennes : c’était la première fois qu’autant de drones volaient simultanément dans le même espace et la première fois que des drones pyrotechniques gros porteurs volaient ainsi en flotte quasi-autonome.

Quels sont les défis strategies et les contraintes associés à un tel spectacle, et remark les relever ?

Étienne Compain (Groupe F) : Le défi le plus complexe était tout simplement de faire voler ces drones gros-porteurs en flotte au-dessus du lac de nuit avec de la pyrotechnie sans pilotage manuel à proximité d’un public, avec synchronisation time-code… à 500 mètres de haut ! Nous n’avions aucune resolution de sécurité qui permettait de le faire, nous nous sommes donc tournés vers la resolution ScaleFlyt Geocaging de Thales comme moyen de maintenir les drones dans leur zone d’évolution sans aide extérieure, c’est-à-dire une resolution complètement autonome sur les drones, le tout couplé au système coupe circuit Zephyr-CC de Dronavia.

Revivez l’événement en vidéo :




 

Pourquoi cet exemple est-il un cas d’école de l’utilisation du geocaging ?

Paul de Courcel (Thales) : Thales a conçu ScaleFlyt Geocaging pour protéger les personnes et les biens autour des operations de drone. Cela est fait habituellement manuellement, avec une télécommande dédiée par drone. Dans le cas de Groupe F, cela est évidemment unimaginable à trigger du nombre de drones et de l’obscurité. Cela, Étienne l’a parfaitement compris quand il a eu vent de ce produit. Après avoir contacté Thales, nous l’avons rencontré très rapidement. Cette rencontre a permis de confirmer sa imaginative and prescient du produit, et nous avons alors rapidement associé Dronavia à nos discussions pour créer un produit associant ScaleFlyt Geocaging et le coupe circuit Zephyr-CC. Cette collaboration a pris la forme d’une réunion au moins mensuelle, tous les trois, toujours centrée sur l’objectif de pouvoir fournir à Groupe F la resolution dont ils avaient besoin.

Ludovic, pouvez-vous nous en dire plus sur la complémentarité avec le coupe circuit Zephyr-CC ?

Ludovic Pelletey (Dronavia) : En effet, nous sommes intervenus sur la fourniture de ce qu’on appelle le Flight Termination System (FTS), en proposant à Groupe F nos accessoires qui intègrent la fonction geocaging. Cette capacité geocaging donne ainsi une indication sur la place du drone et émet un ordre de coupure au FTS en cas d’approche de la limite de zone d’motion. Dans ce cas de determine, le système de terminaison de vol pouvait intervenir pour arrêter les moteurs des drones si un drone venait à échapper au contrôle du programme du present automatique et des télépilotes qui étaient présents en cas d’avarie. La resolution de terminaison de vol que nous proposons, Zephyr-CC, est adaptée aux Matrice 300 et Matrice 600 utilisés sur le present, et intègre donc la resolution ScaleFlyt Geocaging de Thales. 

Paul de Courcel (Thales) : L’automatisation de la coupure moteur s’articule autour d’un système complètement indépendant du contrôleur de vol et ayant un système de positionnement indépendant de ce dernier. Ce système est idéal pour des operations où au moins l’un des critères suivants est rempli : drone non seen distinctement, besoin de temps de réaction court docket (pour minimiser la taille des buffers d’urgence), plusieurs drones. Groupe F, avec ses operations, remplit tous ces critères !

Crédits images : Anthony Rosier (haut), Nicolas Chavance (bas) / Groupe F

Quels ont été les retours suite à ce grand present à Genève ?

Étienne Compain (Groupe F) : Le public sur place a non seulement été très impressionné par l’échelle du spectacle (900 mètres d’envergure), mais a aussi apprécié la dimension artistique des tableaux, notamment la rencontre sur le lac Léman de l’historique barque Neptune et de « notre » Neptune formée par des drones ! De nombreux professionnels de l’événementiel et de l’audiovisuel étaient également présents pour découvrir le present et là aussi les retours ont été excellents.

Enfin, ce spectacle était un tour de power pour Groupe F nous permettant de nous démarquer et de montrer ce qu’il est attainable de faire en Europe tout en respectant la règlementation européenne et les situations de sécurité. Nous préparons désormais un beau spectacle dans les jardins du château de Versailles (le 15 août 2023) puis avons des projets intéressants à venir en 2024 ailleurs en Europe.

Quelles sont les views pour le partenariat entre ces acteurs ?

Ludovic Pelletey (Dronavia) : Le rendez-vous de Genève était le début d’une belle aventure à trois avec de beaux défis à relever. Cette fonctionnalité de geocaging est aujourd’hui appelée à se développer dans d’autres secteurs avec d’autres collaborations possibles voire déjà en cours : pour des drones agricoles où l’opérateur est loin de son appareil ; la surveillance de websites avec un opérateur hors-site ; ou encore la logistique liée aux livraisons longue distance dans des couloirs de vol prédéfinis… Nous maitrisons la resolution et les applied sciences qui sont sécurisées, et grâce aux « proofs of idea » tels que l’exemple de Groupe F, nous « débloquons » des cas d’utilization qui, auparavant, n’auraient pas été envisageables !

Paul de Courcel (Thales) : Et chez Thales nous sommes ravis de continuer à contribuer à ces avancées avec notre produit ScaleFlyt Geocaging, principal dans la principal avec nos partenaires.

 

> Web site web Groupe F : groupef.com

> Web site web Dronavia : www.dronavia.com

> La resolution ScaleFly geocaging de Thales : www.scaleflyt.com/geocaging

> En savoir plus sur le fonctionnement du geocaging Zephyr CC / ScaleFlyt :



[ad_2]

Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *